L’usine innovante de Sanamethan vers une valorisation de Biogaz et de CO2 à bilan carbone négatif, installée par Clarke Energy

  • L’usine de valorisation de biogaz de SAS Sanamethan permet de transformer le biogaz en biométhane pour ensuite l’injecter dans le réseau de gaz et récupérer en parallèle du dioxyde de carbone (CO2)
  • Clarke Energy a fourni une solution de valorisation du biogaz de TPI (Tecno Project Industriale) avec une unité de récupération du CO2 liquide renouvelable ainsi qu’un équipement de traitement des gaz.
  • Le projet soutiendra la décarbonisation du réseau de gaz qui sera une solution d’énergie négative en carbone en réduisant le CO2 jusqu’à 4 000 tonnes équivalent CO2 par an.

Clarke Energy a géré la vente et l’installation d’une solution de valorisation de biogaz et de récupération du CO2 à Sanamethan – Vraignes-en-Vermandois – dans le nord de la France. L’usine de digestion anaérobie de Sanamethan traite la biomasse de manière durable pour produire un biogaz riche en méthane, qui sera amélioré à l’aide d’un système de membrane à 3 étapes pour obtenir un gaz biométhane renouvelable de qualité réseau. Le CO2 séparé du biogaz sera récupéré comme CO2 renouvelable puis converti en liquide.

Sanamethan a commencé ses activités en mai 2007 et porte un projet innovant de production de gaz vert. La nouvelle usine est située à Vraignes-en-Vermandois, à environ 10 km à l’est de la Somme et à 150 km au nord de Paris. Le site utilisera un digesteur anaérobie pour produire un biogaz riche en à partir de déchets verts et biomasses provenant d’industries agroalimentaires voisines.

L’équipement à membrane de valorisation du biogaz TPI fourni par Clarke Energy peut fournir 409Nm3/h de biométhane « Type H » à une pression de 11bars pour une injection dans le réseau de transport GRT Gaz. En outre, le client récupérera les 460 kg/h de CO2 séparé du processus, sous forme liquide.

Aurel Hiron, Responsable Innovations et Nouvelles Technologies chez Clarke Energy, a déclaré :
 » Nous sommes ravis de pouvoir soutenir ce projet innovant, non seulement pour contribuer à la décarbonisation des réseaux de gaz locaux, mais aussi pour soutenir de manière ingénieuse la réduction des émissions de 4 000 tonnes d’équivalent CO2 par an. En fonction de l’utilisation finale du CO2, cela pourrait réduire activement le CO2 dans l’atmosphère ».

Trouver un article de presse

Search
Generic filters
Exact matches only

Rechercher par catégorie

D’autres questions?

Si vous avez des questions techniques qui nécessitent une réponse, pour discuter avec un Ingénieur commercial ou réserver une étude de faisabilité: